28 juillet 2021

Pourquoi faire du coaching et de la sexothérapie ?

Auto interview d'une sexo

Crédit photo / Ulrich Theaud

Comment je suis parvenue à faire du coaching et de la sexothérapie

La vie nous réserve tellement de surprises, tant sur notre parcours personnel que professionnel. Ainsi dans cette vidéo je vous relate comment je suis parvenue à faire du coaching et de la sexothérapie.

Dans cette vidéo, je vous raconte, ce qui m’a amené à faire ce métier passion. Très jeune je me suis imaginée fouler les planches et incarner différents personnages. Du Bourgeois Gentil homme au Malade Imaginaire en passant par Roméo et Juliette ou encore le Pont Japonais. Jouer aux côtés de Francis Huster, de Fanny Ardant, de Jacques Weber et bien d’autres est resté à l’état de fantasme…
Mais l’éducation teintée par la voie de la raison en a décidé autrement.

“Tu feras secrétaire ma fille !”

Evoluer dans le secrétariat était une profession sûre, très recherchée, très demandée et donc à la mode, dans les années 90.

Ma maman avait besoin d’être rassurée sur mon avenir.

On m’a “imposé” cette voie professionnelle, bien différente de celle que j’envisageais petite fille. Alors j’ai décidé de rendre fun ce métier en l’exerçant dans un corps professionnel atypique : la Marine Nationale.

tu seras militaire ma fille

crédit photo / BMPM

Une aventure qui va durer 20 ans !

Pourquoi suis-je restée dans ce milieu professionnel si longtemps ?
Quelles sont les actions que j’ai pu mettre en place pour faire du coaching et de la sexothérapie ?

La réponse à la première question est simple. Je pensais avoir trouvé ma voie ! J’évoluais dans une sphère bien différente du privé, j’avais des avantages, et j’étais dans une sorte de cocon. Ce cocon, on prend vraiment conscience de son existence une fois que l’on en sort.

C’est en étant en congé parental que je me suis réveillée. Un réveil en douceur, où je découvrais toutes les possibilités qui s’offraient à mon être. Le développement personnel s’est présenté à moi un soir de danse latine. Et depuis tout à changé, j’ai remis en question mon existence. Quelle pouvait être ma mission de vie ? Après mon métier, qu’allais-je donc bien pouvoir faire ? Qu’est ce qui me passionne, me motive ?

 

crédit photo / Ulrick Theaud

La comédie ? Jouer à nouveau et monter sur les planches ?
C’est vrai après tout, je n’étais plus sous le joug de l’autorité parentale ! J’étais libre ! Libre de faire ce qu’il me plaisait, de m’exprimer sans avoir peur du “qu’en dira-t-on”…
J’ai donc mis un terme à mon congé parental et décide de postuler dans le privé en tant que Maître du Jeu dans un Escape Game ! C’était comme jouer au théâtre, j’incarnais un personnage : l’agent Shadow. Un kiffe total, que dis-je, un orgasme intellectuel !
A cette même période, je deviens Ambassadrice du Bonheur pour Soft Paris. Seulement là je ne joue pas… Je suis cette Corinne passionnée par la sexualité, par les personnes qui partagent leur difficultés, leur joie, leur espoir, leur vision de la “chose”. Je les écoute en buvant leurs paroles.

Je me surprends à en parler sans tabou… Et si j’en faisais mon métier… un jour ?

Vas-y ! Fonce !

Un jour l’on m’invite à une réunion de développement personnel. Une petite voix s’est installée et ne m’a plus quittée.

Durant mon séjour à la Réunion, car oui c’est sur cette île que ma vie a pris un tournant, tant professionnel que personnel.

De belles rencontres, de nouvelles amitiés, des propositions professionnelles ont finalement eu raison de mes craintes, de certaines de mes peurs, des voix de mon passé.
Puis un jour je participe à un réuinon. Je vois ce coach debout nous parlant d’énergie, de matière, de vibrations. Une petite voix me dit : “un jour je serais à sa place”. Une autre fois une amie m’amène à une journée porte ouverte pour en apprendre un peu plus sur le métier de coach. Je ne me sentais pas à ma place et pourtant cette amie savait que ce job était fait pour moi. Je l’en remercie du fond du coeur, car sans son intervention, aussi simple soit elle, j’aurai à nouveau signé un contrat pour faire ce que je savais faire le mieux : secrétaire militaire.

Juste avant de quitter la RUN, j’ai renoncé à mon contrat de renouvellement dans la marine, et j’ai fais des recherche pour me former en tant que coach. Serenity Coach Institut s’est présentée à moi comme par hasard… (nous savons que le hasard n’existe pas !)

Douloureuse introspection…

 

Et c’est parti pour un an de formation certifiante avec une belle et douloureuse introspection à faire. Des larmes, de la colère, de la tristesse, de la joie, de l’inquiétude, de l’agacement, des prises de conscience, tel a été la palette d’émotions et de sentiments qui a traversé et coloré mon être dans toutes ses dimensions.

Ok ! Coach c’est bien mais il y en a partout ! Alors comment me démarquer ? Quel est mon univers ? Dans quel domaine j’excelle ? Un domaine dans lequel je suis à l’aise… La sexualité !

Me voilà donc diplôme de coach en poche à me former auprès d’Alain Héril chez Psynapse et obtenir ma certification de praticienne en sexothérapie. Au programme : paraphilie, sexualité masculine, sexualité féminine, abus, anatomie, physiologie, transidentité…

Seulement la formation ne s’arrête pas là, elle est continue, tant le sujet est vaste. Je prends la décision de “m’attaquer” aux tabous ! Ces croyances limitantes qui nous empêchent de vivre pleinement notre sexualité.

L’aventure commence ici

Deux ans se sont écoulées jusqu’à l’ouverture de mon Cabinet Secrets d’Alcôves.

C’est au 9 rue Hippolyte Duprat à Toulon que je reçois en consultation des hommes, des femmes, de jeunes adultes, des couples. Leur point commun : la sexualité.

J’aborde deux axes : le coaching et la sexothérapie.
Les deux sont complémentaires, je t’explique tout ici.

 

cabinet secrets d'alcôves

crédit photo / Ulrick Theaud

Et si tu prenais un peu de temps pour toi, afin de faire le point sur ta sexualité, sur ton couple, ton rapport à toi.
Viens et parlons en !